Un marché européen du poker et des paris sportifs en pleine mutation

Comme le Point le rappelle, le marché du poker en ligne est en train de fusionner entre les marchés latins.

Ainsi, les joueurs français peuvent déjà désormais jouer avec leurs voisins espagnols et portugais. Winamax a tout récemment ajouté un pool de joueurs espagnols à ses tournois.

Cela offre des perspectives alléchantes pour un secteur en déclin. En effet, l’ajout automatique de joueurs étrangers augmente mécaniquement les prize pools des tournoi et la liquidité des pokerrooms.

Du coté des casinos en ligne, la situation est plus complexe car les législations sont beaucoup plus changeantes selon les pays. Tout comme pour le poker, il existe des possibilité de faire du gambling sans risquer votre argent à l’ouverture d’un compte.

Concernant la fiscalité, peu de nouveau et un statut de joueur professionnel n’est toujours pas à l’ordre du jour. En attendant , bon nombre de joueurs professionnels se sont exilé vers des pays à la fiscalité plus clémente tels que le Royaume-Uni ou Malte.

La finale de la coupe du monde a engendré un nombre de paris record avec plus de 32 millions d’euros lors de l’événement. Si le poker en ligne a connu des difficultés ces dernières années, le secteur frère des paris sportifs se porte au mieux. D’ailleurs, les pure player du poker en ligne tendent à disparaître au profit de grands sites proposant l’ensemble des activité de jeu que ce soit du poker, du casino ou du pari sportif.

La Française des Jeux, qui devrait être prochainement privatisée a d’ailleurs vu ses bénéfices progresser de manière importante, ce qui devrait permettre une potentielle introduction en bourse dans les meilleures conditions.

Année après année, les paris sur internet tendent à grignoter des parts de marché sur les paris en direct chez les buralistes. Une offre complète s’est mise en marche proposant des possibilités multiples pour les parieurs-joueurs de remporter un gain.

On note quand même un déclin du poker en ligne en général par rapport à l’âge d’or du poker des années 2000-2010 qui était à la mode et affichait de belles audiences que ce soit au travers des grands show américaine du WPT ou des transmissions commentées par Patrick Bruel chez Canal+. Malgré un coup de boost lors de la première années de légalisation du poker en France en 2011, le marché du poker a progressivement décliné et les plus petits acteurs (rappelez-vous Barrière Poker, Partouche Poker, etc.) ont fini par laisser tomber le marché du poker en ligne. Les mastondontes tels que Winamax et Pokerstars ont incorporé depuis une offre de paris sportifs permettant aux joueurs de poker de remettre en jeu leurs gains en laissant de coté leur statut de pure player du poker. Un choix bienvenu lorsque l’on voit les sommes qui ont été pariées lors de la dernière coupe du monde.

Toujours à la pointe pour innover, Winamax inventa le concept des Expressos, mélange de poker hyperturbo et de casino avec son prizepool décidé par tirage au sort au tout début de la partie. Grâce à une équipe marketing toujours créative (Expressos, Sunday Surpise, ets.), Winamax a réussi à prendre la place de leader sur le marché français au nez et à la barbe de Pokerstars et de son impressionnante machine huilée avec ses stars sponsorisées et ses grands grands tournois live comme l’European Poker Tour. Certaines des bonnes idées de Winamax seront même reprises par Pokerstars à l’échelle mondiale.

Néanmoins, la fusion des marchés latins européens devraient sérieusement rabbattre les cartes. Les prizepools vont mécaniquement augmenter ce qui va considérablement améliorer la liquidité  et l’attrait des plus grands tournois.

Pokerstars possède un avantage très significatif par rapport à Winamax avec des positions incontestées sur le marché espagnol et sur le marché italien depuis de nombreuses années. Il sera difficile pour Winamax de revenir sur le leader mondial sur ces marchés tant la longueur d’avance prise est énorme.

Pokerstars ayant déjà repris les concepts innovants qui ont fait fureur sur le marché français pour français, il sera difficile pour l’outsider français de s’imposer avec seulement des concepts créatifs sans consentir à un investissement conséquent pour améliorer sa notoriété. De plus, la locomotive Patrick Bruel ne pourra fonctionner comme elle avait pu la faire de ce coté-ci des Pyrénées.

En revanche, au bénéfice de Winamax, on remarque que site italien de Pokerstars ne fait même pas la moitié du trafic de Winamax.fr d’après les chiffres donnés par Pokerscout. C’est assez étonnant étant donné la population assez comparable entre les deux pays. Cela signifie probablement que le marché italien est encore plus à la traîne qu’ici. Winamax.fr représente quand même la sixième pokerroom au niveau mondial.

Même si la fusion des marché du poker en ligne de l’Europe du Sud ne sera probablement pas un « winner takes all« , on peut s’attendre à un partage du pot entre les deux grands leaders.

La bataille du grand marché de l’Europe du Sud promet d’être passionnante.

 

 

 

 

 

 

AdminUn marché européen du poker et des paris sportifs en pleine mutation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *